La reconnaissance du pouvoir d’agir des sujets vulnérables : un enjeu pour les sciences sociales.

Catherine Tourette-Turgis, Joris Thievenaz

·

Mes publications

>

L'Université des patients - Sorbonne

2012

2012/2 n° 3 | pages 139 à 151

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
En questionnant la hiérarchisation (implicite) des activités humaines selon le statut social et les conditions biologiques de ceux qui les conduisent, cette contribution propose de prendre en compte et de reconnaître le pouvoir d’agir des sujets en situation de vulnérabilité (sociale biologique, relationnelle). Nous montrerons en quoi la reconnaissance de l’expertise des sujets vulnérables (le malade, l’exclu, le dépendant) demeure tout à la fois un impensé au sein des sciences sociales, ainsi qu’un défi pour la formation et l’accompagnement des adultes en tant que champ de pratiques et champ de recherche.